Menu

Dimitri Casali explique l’importance de la généalogie pour comprendre l’Histoire

0 Comments
Napoléon, sujet favori de Dimitri Casali

Napoléon scrutant l’horizon

Introduction : De nombreux historiens dont Dimitri Casali ainsi que des collectifs de professeurs d’Histoire défendent la Généalogie afin de mieux comprendre l’Histoire dans les programmes scolaires. Ils avancent notamment que l’enseignement de la suite logique des évènements permet de mieux comprendre le contexte, trop souvent négligé dans les programmes.

 

La généalogie pour recontextualiser

En Histoire, il est indispensable de recontextualiser. Il est impensable de dénoncer les erreurs de l’histoire française sans prendre en compte le fait que si certaines pratiques de l’histoire française sont aujourd’hui unanimement dénoncées (comme l’esclavage ou l’inquisition), elles étaient la norme de leur temps et la vision de l’éthique était totalement différente que celle que nous avons aujourd’hui. “C’est pour cette raison que l’autoflagellation n’apporte rien et n’a aucun sens si les erreurs commises par la France ne sont pas remises dans leur contexte”, Glisse Dimitri Casali, chantre d’un programme d’histoire qui ne soit pas orienté vers l’auto-dénigrement. La généalogie, est un excellent levier de recontextualisation car elle permet d’aborder les évènements par ordre chronologique. C’est cet ordre chronologique qui permet également de mieux comprendre l‘Histoire.

Dimitri Casali en conférence

Dimitri Casali, Historien médiatique et opposant à l’autoflagellation

La valeur ajoutée pédagogique de la généalogie

Faire apprendre les évènements par ordre chronologique permet aux élèves de mieux se faire une idée du déroulement des évènements et de l’évolution de la France au cours du temps. Ainsi, cette recontextualisation permise par l’apprentissage de l’Histoire par ordre chronologique permet de mieux expliquer “pourquoi on a fait ça”. En effet, certaines pratiques ou choix de l’époque (comme l’invasion d’un pays ou le système féodal) sont parfois difficiles à expliquer aux élèves puisque l’époque n’est pas la même et que de notre point de vue, tout cela n’est pas forcément évident. L’approche de la chronologie pourrait donc en partie simplifier ces aspects des cours d’Histoire en plus d’apporter de la cohérence dans les cahiers.

Gravure historique représentant une révolte paysanne.

L’exemple de la généalogie des rois de France

Dimitri Casali nous explique que les enjeux de la succession du trône ont façonnés la généalogie des rois, souvent en coûtant la vie à beaucoup de princes héritiers au point même d’être l’une des principales causes de la disparition de généalogies. Suivre la généalogie des rois de France est également capital car durant la première moitié du moyen âge, le royaume était régulièrement dirigé par deux rois qui se partageaient chacun une moitié du territoire car il était coutume de partager le royaume entre les fils héritiers et non de tout céder à l’aîné. “Il ne faut pas omettre que Charlemagne était le grand frère de Carloman et que “Charles le Grand” n’a hérité que de la Neustrie, la Bourgogne et l’Aquitaine à la mort de son père, Pépin le Bref et que ce n’est qu’à la mort de Carloman qu’il est devenu le seul maître à bord du royaume des Francs” nous rappelle Dimitri Casali.

 

On Comprend mieux pourquoi Dimitri Casali, certains de ses collègues historiens et des collectifs de professeurs d’Histoire se mobilisent afin de cesser d’enseigner l’Histoire “par tronçons” et de privilégier un enseignement cohérent, donc chronologique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *